Le pharmacien soulève des inquiétudes au sujet des antioxydants

Un pharmacien a soulevé des inquiétudes quant à l’utilisation généralisée de suppléments antioxydants par les patients atteints de cancer, car ils peuvent interférer avec l’efficacité de la chimiothérapie informations.

La professeure Kathryn Steadman, pharmacienne et chercheuse en cancérologie à l’Université du Queensland, affirme que les résultats de son étude non publiée suggèrent qu’un quart des patients cancéreux sous chimiothérapie curative prennent des antioxydants.

Les résultats sont alarmants, dit-elle, parce que les antioxydants peuvent réduire l’intensité de la dose de chimiothérapie en protégeant les cellules tumorales contre les dommages oxydatifs induits par la chimiothérapie.

Bien que les preuves soient insuffisantes pour déterminer si les antioxydants influent ou non sur la chimiothérapie, les «changements relativement faibles de l’intensité de la dose due à l’activité antioxydante pourraient compromettre l’efficacité du traitement», prévient le professeur Steadman dans Medical Journal of Australia.

«Ce sont des personnes qui suivent un traitement curatif et non un traitement palliatif, elles ont donc besoin d’une dose spécifique de chimiothérapie», a-t-elle déclaré à Australian Doctor.

En outre, les naturopathes et les chiropraticiens conseillaient souvent aux patients cancéreux de prendre des antioxydants, a-t-elle ajouté.

« Ce qui est vraiment inquiétant, c’est qu’environ 13% des patients de notre étude avaient été informés [par des praticiens alternatifs] de ne pas avoir de chimiothérapie.

«On dit aux patients qu’ils n’ont pas de chimiothérapie, qu’ils ne prennent pas d’antioxydants ni d’autres herbes extraordinaires», a déclaré le professeur Steadman.

Son étude a montré que les suppléments antioxydants les plus populaires utilisés par les patients sont les vitamines C et E, le sélénium et les flavonoïdes comme la quercétine. | ​​N |

Les chiffres de la réforme des maladies chroniques remis en question