Hypocalcémie après bisphosphonate par voie intraveineuse

Editor — Peter et al discutent du risque d’hypocalcémie après un bisphosphonate intraveineux.1 Le cas 4 de leur série fournit l’opportunité d’apprendre une nouvelle leçon. Le patient dans ce cas a reçu 90 mg de pamidronate comme traitement de l’hypercalcémie maligne. Une autre dose de 60 mg a été administrée le jour suivant lorsque les valeurs de calcium ajustées avaient légèrement diminué. Le pamidronate met plusieurs jours à fonctionner et la recommandation habituelle est de revérifier les concentrations de calcium cinq jours après le traitement. Une erreur fréquente est de revérifier le niveau le jour suivant le traitement et de le traiter à nouveau en considérant que le patient est toujours hypercalcémique, comme c’est le cas dans ce cas. A ce stade, la concentration en calcium commence à diminuer mais il est peu probable la gamme normale. Le seul avantage de vérifier la valeur du calcium avant cinq jours est de s’assurer que la concentration n’augmente pas malgré le traitement. Si tel est le cas, il y a un argument pour répéter le traitement. Dans le cas 4, la concentration en calcium était normale cinq jours après le traitement, mais a continué à baisser. Cela peut ne pas avoir eu lieu si le patient avait reçu seulement 90 mg de pamidronate. En général, la tentation de traiter à nouveau une concentration élevée de calcium avant que le traitement initial aux bisphosphonates ait eu l’occasion de fonctionner devrait être combattue. L’effet d’un second traitement inutile peut être sévère, comme l’illustre cette affaire.