La taxe pour la proposition de service suscite un débat

Les lecteurs de Pharmacy News ont débattu des mérites de l’introduction de nouveaux services payés par les consommateurs à la suite d’un article paru dans le bulletin d’hier.

Exprimez-vous dans notre sondage en ligne: Un modèle de frais de service est-il viable pour la pharmacie communautaire?

Voici quelques-uns des commentaires qui ont été postés sur PharmacyNews.com.au en réponse:

Vous ne pouvez pas discuter avec cette logique – poser 15 questions afin que vous puissiez vendre un S3 pour la somme princière de 4,95 $ ne va pas garder les portes ouvertes à long terme. Et nous devons mettre en place nous-mêmes la rémunération à l’acte – le gouvernement, ou même les organismes professionnels, ne peuvent pas tout faire pour nous. La pharmacie ne survivra que si elle 1) croit en elle-même et puis 2) se défend pour elle-même.

Jamie

Je suis de plus en plus frustré de voir les pharmacies facturer, par exemple, 6,49 $ pour Chlorsig après avoir interrogé le patient et décidé et recommandé un traitement. La sous-évaluation de nous-mêmes a diminué à la fois notre position aux yeux du public et notre capacité de gagner notre vie. La compétition pour couper vos rivaux jugulaires afin qu’ils saignent à mort a laissé toute la profession dans un état affaibli.

Avant d’essayer d’inventer de nouvelles façons de faire payer le public, commençons par facturer adéquatement ce que nous faisons déjà diarrhée.

Le cynique