Grossesse et issues fœtales après l’exposition à la méfloquine pendant la période pré- et périconceptionnelle et pendant la grossesse

Les effets de l’exposition à la méfloquine sur la grossesse et la descendance ont été évalués à l’aide de la base de données mondiale F Hoffmann-La Roche sur la sécurité des médicaments pour la période du 31 janvier 1986 Jusqu’au 26 octobre 2010 Nous avons étudié la grossesse et les issues fœtales chez les mères, les paternelles et les deux parents en mettant l’accent sur les malformations congénitales et les pertes fœtales. Les principaux critères de jugement étaient la prévalence des malformations congénitales et les types de malformations. pendant la grossesse ou dans la période pré- et periconception ont été évalués La plupart des cas étaient des issues prospectives maternelles de la grossesse inconnue au moment de la déclaration; n = 2246 [896%] suivi des cas rétrospectifs maternels résultat de la grossesse connus au moment de la déclaration; n = 227 [90%], avec un petit nombre de cas d’exposition paternelle et bicamérale Sur un total de 2246 expositions potentielles maternelles à la méfloquine 952%, 2139 sont survenus avant la conception et / ou pendant le premier trimestre Sur 1383 cas prospectifs maternels avec un résultat connu, 978 707% ont abouti à l’accouchement, 405 293% ont abouti à l’avortement 112 spontanée, 293 thérapeutique, et 43 ont entraîné des malformations congénitales, correspondant à une prévalence de 439% 43 de 43% des cas de malformations congénitales. l’analyse de la base de données sur l’innocuité de l’exposition à la méfloquine pendant la grossesse a montré que la prévalence des anomalies congénitales et la perte fœtale dans les cas maternels surveillés de façon prospective étaient comparables aux taux de référence

Environ 80 à 90 millions de voyageurs visitent les zones d’endémie palustre chaque année [1], et une proportion significative de ces femmes sont en âge de procréer. Le paludisme pendant la grossesse présente un risque important pour la mère, le fœtus et le nouveau-né [2-4] Les femmes qui ont peu ou pas d’immunité, comme les voyageurs non immunisés, sont particulièrement sujettes à des épisodes de paludisme grave avec des issues telles que la mortinaissance, l’avortement spontané ou la mort maternelle [3-5], qui sont probablement dus Les voyageurs qui se rendent dans des zones à risque élevé de Plasmodium falciparum chloroquinorésistant doivent être protégés contre les piqûres de moustiques La protection individuelle contre les piqûres de moustiques est une stratégie clé, et une combinaison de moustiquaires imprégnées d’insecticide [6, 7] et considéré comme sûr pendant la grossesse [5-8] L’efficacité de telles mesures pour les voyageurs est difficile à quantifier [9], et la plupart des femmes à haut risque ont aussi besoin d’une chimioprophylaxie. Cependant, en raison de la résistance, ce régime a une applicabilité limitée. La doxycycline est généralement contre-indiquée pendant la grossesse [11] Certains experts suggèrent que l’utilisation de la doxycycline peut être acceptable au début de la grossesse, mais les données sont limitées [12] En raison de données insuffisantes, l’association atovaquone-proguanil n’est pas recommandée, bien que les 2 composants ne soient pas considérés comme tératogènes. Pour des raisons éthiques, de sécurité et logistiques, les données sur l’utilisation des antipaludéens sont insuffisantes. Femmes enceintes [13] La méfloquine est accessible aux voyageurs depuis 1985. Elle est recommandée aux femmes enceintes voyageant vers des zones de P. falciparum chloroquino-résistantes lorsque le voyage ne peut être différé. Les recommandations formulées par des groupes d’experts dans le monde entier ont été revues récemment [14] sont nécessaires pour soutenir les décisions cliniques Les lignes directrices américaines et canadiennes permettent l’utilisation de la chimioprophylaxie méfloquine dans toutes les assiettes des esters lorsque le voyage ne peut pas être différé, sans recommandation de contraception pendant les 3 mois suivant l’utilisation de la méfloquine Les normes internationales de prescription, l’Organisation Mondiale de la Santé et les autorités britanniques approuvent l’utilisation de la méfloquine en cas de voyage à haut risque. Les autorités reconnaissent que l’utilisation accidentelle de la méfloquine pendant la grossesse n’est pas considérée comme une indication pour mettre fin à une grossesse. De nombreuses autorités recommandent une analyse avantages-risques avant de prescrire de la méfloquine. Pour les femmes enceintes, en particulier au premier trimestre Les praticiens ont besoin de données récentes pour guider cette prise de décision Par conséquent, nous avons mené cette analyse en utilisant une base de données sur l’innocuité des médicaments pour évaluer la sécurité du fœtus après l’exposition à la méfloquine. période et pendant la grossesse

Méthodes

Tous les effets indésirables graves des essais cliniques sur la méfloquine et tous les rapports spontanés d’événements indésirables sont codés et entrés dans la base de données mondiale sur la sécurité des médicaments de F Hoffmann-La Roche. Les cas signalés mentionnant plusieurs grossesses sans possibilité d’identifier des individus ont été exclus de l’analyse en tant que procédure standard. Exposition maternelle, exposition paternelle, et les deux Les rapports de grossesse étaient soit des résultats prospectifs de la grossesse inconnue au moment du premier signalement, soit, moins souvent, des résultats rétrospectifs de la grossesse connus au moment du premier signalement. Ces 2 groupes ont été évalués séparément. par exposition trimestre L’exposition Les périodes évaluées étaient pré- et periconception et les premier, deuxième et troisième trimestres. Nous nous sommes concentrés sur les malformations congénitales après exposition à la méfloquine sur la base de rapports maternels. Les issues de grossesse étaient classées comme suit: accouchement, avortement spontané, thérapeutique et : anomalie congénitale, fœtus normal ou nouveau-né, autre trouble, et inconnu Le terme «anomalie congénitale» ou «malformations congénitales», tel qu’utilisé par la Marche des dix sous, fait référence aux anomalies congénitales identifiées par les codes 740-759 de la Classification internationale des Maladies, neuvième révision de la CIM-9 [15] À l’aide de la documentation fédérale américaine, nous avons défini comme un «avortement spontané» le résultat d’une grossesse fœtale avant 20 semaines de gestation. Après 20 semaines, la mort fœtale était appelée «mortinaissance» [16] Le terme «tératogène» a été défini comme un médicament susceptible d’entraîner une toxicité pour le développement compte tenu des conditions appropriées aux doses cliniques utilisées La prévalence des malformations congénitales et la survenance de la perte fœtale dans les cas maternels exposés à la méfloquine ont été comparées aux taux de référence dans la population générale publiés par diverses bases de données. Les malformations congénitales chez la mère, y compris les accouchements et les avortements. divisés en sous-groupes basés sur la CIM-10, chapitre XVII, «Malformations congénitales, déformations et anomalies chromosomiques», et comparés avec les catégories de malformations congénitales de la Marche des dix sous [16]

RÉSULTATS

Un total de 2506 cas d’exposition à la méfloquine pendant la grossesse ou la période de la periconception ont été évalués. Les rapports provenaient principalement de France n = 783, du Royaume-Uni n = 661, d’Allemagne n = 645 et des États-Unis n = 138 de 1994 à 1998 La plupart des cas n = 2477; 988% ont été rapportés spontanément; un petit nombre de rapports proviennent de la littérature n = 26; 10% ou provenant d’études cliniques n = 3; 01% La plupart des cas ont été déclarés par des professionnels de la santé n = 2287; 913%, suivi des consommateurs n = 103; 41% et autorités de réglementation n = 36; 14% L’âge moyen était de 29 ans pour la fourchette prospective des cas maternels, 15-52 ans; médiane, 29 ans et 30 ans pour la gamme des cas rétrospectifs maternels, 19-45 ans; médiane, 30 ans La majorité des cas étaient des candidats à la maternité n = 2246; 896%; Les tableaux 1 et 2 suivis des cas rétrospectifs maternels n = 227; 9%; Tableaux 3 et 4 et petits nombres de paternels 5 prospectifs, 4 rétrospectifs et biparentaux 22 prospectifs, 2 rétrospectifs La plupart des femmes exposées à la méfloquine utilisaient ce médicament pour la chimioprophylaxie du paludisme Des doses thérapeutiques ont été enregistrées pour 21 cas maternels prospectifs et 12 cas rétrospectifs maternels

Tableau 1 Résultats de la grossesse dans les cas maternels prospectifs n = 2246 Issues de la grossesse Statut de la progéniture Total Défaut de naissance Indisponible pour le suivia Normal Infant Foetus normal Autre Troubleb Grossesse En coursa Unknowna Non% Livraison 43 0 889 0 43 0 3 978 435 Indisponible pour le suivi 0 434 0 0 0 0 6 440 196 Grossesse en coursc 0 1 0 0 0 6 0 7 03 Avortement spontané 1 1 0 3 6 0 101 112 50 Avortement thérapeutique 8 0 0 1 6 0 278 293 130 Inconnu 1 0 0 0 1 365 49 416 185 Total 53 436 889 4 56 371 437 2246 1000 Grossesse Résultat Statut de la progéniture Défaut de naissance total Indisponible pour Suivia Infantile normal Fœtus normal Autre troubleb Grossesse En coursa Inconnu Non% Livraison 43 0 889 0 43 0 3 978 435 Indisponible pour le suivi 0 434 0 0 0 0 6 440 196 Grossesse en coursc 0 1 0 0 0 6 0 7 03 Avortement spontané 1 1 0 3 6 0 101 112 50 Avortement thérapeutique 8 0 0 1 6 0 278 293 130 Inconnu 1 0 0 0 1 365 49 416 185 Total 53 436 889 4 56 371 437 2246 1000 Parmi les 2246 femmes, 221 étaient blanches, 22 étaient noires, 6 étaient asiatiques et 12 étaient «d’autres» origine ethnique; pour la majorité des femmes 1985 de 2246, l’origine ethnique était inconnue. Les issues foetales étaient inconnues dans ces groupes. Grossesse en cours, indisponible pour le suivi, et inconnue. Cinquante-six cas maternels prospectifs d’autres troubles avec 78 événements incluaient divers événements indésirables liés à la grossesse et Les ictères néonatals n = 12, les accouchements prématurés n = 8, les troubles placentaires n = 8, les restrictions de croissance fœtale n = 6, les nourrissons de petite taille n = 4, les syndromes fœtaux de détresse n = 4, les mortinaissances ou les accouchements prématurés. décès intra-utérin n = 3, bradycardie n = 2, ovule néfaste n = 2, trouble néonatal non précisé n = 2 et asphyxie néonatale n = 2 Le reste de l’ensemble de données «autres troubles» n = 25 comprenait différents types de grossesse et d’accouchement- termes rapportés, n = 1 pour chaque item rapportécGrossesse inconnue grossesse en cours, indisponible pour suivi et résultat inconnu

Tableau 2 Statut du ressort selon la période d’exposition à la méfloquine dans les cas maternels potentiels n = 2246 Moment de l’exposition de la progéniture mère Total Défaut de naissance Indisponible pour suivi Normal Infant Fœtus normal Autre trouble Grossesse En cours Inconnu Non% Trimestre 1 16 174 297 1 21 122 177 808 360 Trimesters 1 2 1 0 7 0 2 3 1 14 06 Trimestres 1 3 0 1 0 0 0 0 0 1 00 Trimestres 1-3 0 0 3 0 0 0 1 4 02 Trimestre 2 0 1 3 0 0 4 1 9 04 Trimestre 3 0 0 1 0 0 1 1 3 01 Avant 15 113 240 0 15 102 107 592 264 Avant les trimestres 1 2 0 1 0 0 0 0 0 1 00 Avant le trimestre 1 21 131 328 3 17 102 137 739 329 Avant le trimestre 3 0 0 1 0 0 0 0 1 00 Inconnu 0 15 9 0 1 37 12 74 33 Total 53 436 889 4 56 371 437 2246 1000 Moment de l’exposition de la mère Condition de la descendance Total Incapacité de naissance Indisponible pour suivi Normal Infant Fœtus normal Autre trouble Pr Inconnu En cours Inconnu Non% Trimestre 1 16 174 297 1 21 122 177 808 360 Trimestres 1 2 1 0 7 0 2 3 1 14 06 Trimestres 1 3 0 1 0 0 0 0 0 1 00 Trimestres 1-3 0 0 3 0 0 0 1 4 02 Trimestre 2 0 1 3 0 0 4 1 9 04 Trimestre 3 0 0 1 0 0 1 1 3 01 Avant 15 113 240 0 15 102 107 592 264 Avant les trimestres 1 2 0 1 0 0 0 0 0 00 Avant le trimestre 1 21 131 328 3 17 102 137 739 329 Avant trimestre 3 0 0 1 0 0 0 0 1 00 Inconnu 0 15 9 0 1 37 12 74 33 Total 53 436 889 4 56 371 437 2246 1000 Voir grand

Tableau 3 Résultats de la grossesse dans les cas de rétrospective maternelle n = 227 Grossesse Résultat Statut de la progéniture Total Défaut de naissance Indisponible pour suivi Normal Infant Fœtus normal Autre trouble Grossesse En cours Inconnu Non% Accouchement 30a 1 98 0 11 0 1 141 621 Grossesse en cours 0 0 0 0 0 1 0 1 04 Avortement spontané 1 0 0 3 3 0 31 38 167 Avortement thérapeutique 19 0 0 1 4 0 17 41 181 Inconnu 2 0 1 0 0 3 0 6 26 Total 52 1 99 4 18 4 49 227 1000 Issues de la grossesse Statut de la progéniture Défaut de naissance total Indisponible pour suivi Normal Infantile Fœtus normal Autre trouble Grossesse En cours Inconnu Non% Accouchement 30a 1 98 0 11 0 1 141 621 Grossesse en cours 0 0 0 0 0 1 0 1 04 Avortement spontané 1 0 0 3 3 0 31 38 167 Avortement thérapeutique 19 0 0 1 4 0 17 41 181 Inconnu 2 0 1 0 0 3 0 6 26 Total 52 1 99 4 18 4 49 227 1000 aComprend 1 mortinatalité avec syndrome de Patau tri somy 13View Large

Tableau 4 Statut selon la période d’exposition à la méfloquine dans les cas de rétrospective maternelle n = 227 Durée de l’exposition pour le statut maternel Enfant total Défaut de naissance Indisponible pour suivi Normal Infantile Fœtus normal Autre trouble Grossesse En cours Inconnu Non% Trimestre 1 21 1 35 3 5 2 13 80 352 Trimesters 1 2 1 0 4 0 0 0 0 5 22 Trimestres 1-3 0 0 1 0 0 0 0 1 04 Trimestre 2 2 0 2 0 0 1 0 5 22 Trimestres 2 3 1 0 0 0 1 0 0 2 09 Trimestre 3 2 0 1 0 0 0 0 3 13 Avant 13 0 22 0 2 0 10 47 207 Avant les trimestres 1-3 0 0 1 0 0 0 0 1 04 Avant le trimestre 1 7 0 29 1 7 0 20 64 282 Inconnu 5 0 4 0 3 1 6 19 84 Total 52 1 99 4 18 4 49 227 1000 Durée de l’exposition de la mère Statut de la progéniture Total Défaut de naissance Indisponible pour suivi Normal Infantile Fœtus normal Autre trouble Grossesse En cours Inconnu Non% Trimestre 1 21 1 35 3 5 2 13 80 352 Garniture esters 1 2 1 0 4 0 0 0 0 5 22 Trimestres 1-3 0 0 1 0 0 0 0 1 04 Trimestre 2 2 0 2 0 0 1 0 5 22 Trimestres 2 3 1 0 0 0 1 0 0 2 09 Trimestre 3 2 0 1 0 0 0 0 3 13 Avant 13 0 22 0 2 0 10 47 207 Avant les trimestres 1-3 0 0 1 0 0 0 0 1 04 Avant le trimestre 1 7 0 29 1 7 0 20 64 282 Inconnu 5 0 4 0 3 1 6 19 84 Total 52 1 99 4 18 4 49 227 1000 View LargeSur les 2246 cas maternels prospectifs, 1383 avec un résultat de grossesse connu ont donné lieu à 978 accouchements avec 43 malformations congénitales, 43 autres troubles liés à la grossesse et 889 nourrissons normaux Cela correspond à une prévalence à la naissance de 439% de malformations congénitales 43 sur 978 naissancesToutes les femmes ayant accouché de malformations congénitales avaient des antécédents médicaux de toxicomanie n = 1, consommation d’alcool n = 1, hypothyroïdie n = 1, hépatite B n = 1, tabagisme n = 2, prééclampsie n = 1, avortements spontanés n = 2, avortements antérieurs n = 2 et famille antécédents d’épilepsie ou autre handicap mental non précisé n = 1 Six de ces 43 femmes n’avaient pas d’antécédents médicaux pertinents et les antécédents médicaux de la majorité des femmes n = 25 ayant donné naissance à des malformations congénitales étaient inconnus. Les femmes ont reçu 250 mg de méfloquine par semaine La durée d’utilisation de la méfloquine était comprise entre 6 et 91 jours En ce qui concerne le moment de l’exposition, 2139 des 2246 expositions prospectives maternelles de la méfloquine étaient survenues avant la conception et / ou pendant le premier trimestre de grossesse. Tableau 2 Dans la majorité des avortements spontanés et thérapeutiques, le statut de la progéniture était inconnu Trois des 8 femmes qui ont subi un avortement thérapeutique et avaient un fœtus avec des malformations congénitales avaient des antécédents médicaux. de la toxoplasmose n = 1, de la grossesse extra-utérine n = 1 ou de l’avortement provoqué n = 1; 1 sur 8 n’avait pas d’antécédents médicaux pertinents Tous ont reçu 250 mg de méfloquine par semaine pendant 1 à 50 jours Il y avait 1 anomalie congénitale dans le groupe avortement spontané 1 sur 112 grossesses et 1 dans le groupe inconnu 1 sur 416 grossesses Six de ces 10 les cas n’incluaient pas de détails sur les antécédents médicaux Trois cas de mortinatalité potentiels ont été identifiés; 1 cas a été codé comme « mortinatalité », et 2 comme « mort intra-utérine » Le premier a inclus le récit se référant à la mortinatalité et la mort due à la toxoplasmose; la deuxième comprenait l’hypoplasie placentaire avec dissociation de la maturation des villosités et Endangiopathia obliteransOf 22 cas d’exposition prospective des deux parents, 14 636% ont entraîné l’accouchement et 1 45% en avortement spontané Les 14 accouchements ont entraîné 2 malformations congénitales et 12 nourrissons normaux; aucun autre trouble lié à la grossesse ou périnatal n’a été signalé L’une des 2 femmes qui ont donné naissance à des enfants atteints de malformations congénitales était une consommatrice de tabac et avait pris 250 mg de méfloquine par semaine pendant 19 jours; l’autre a reçu la même dose pendant 50 jours et ses antécédents médicaux étaient inconnus. Comme dans les cas maternels prospectifs, 2 anomalies congénitales sont survenues dans les cas d’exposition des deux parents après utilisation de la méfloquine pendant la période periconception et pendant le premier trimestre. les défauts rapportés dans tous les cas potentiels étaient divisés en 10 sous-catégories Tableau 5 Il n’y avait pas de schéma spécifique de malformations

Tableau 5Caractéristiques des malformations congénitales et des troubles associés à la grossesse et à la périnatalité rapportés dans tous les cas potentiels Exposition maternelle 53 Cas potentiels, 70 Événements paternels, aucun cas potentiel Exposition des deux parents, 3 cas potentiels, 4 événements Système nerveux 5 0 0 , oreille, visage et cou 8 0 0 Système digestif 3 0 0 Système circulatoire 8 0 1 Organes urinaires, organes génitaux 11 0 2 Système musculo-squelettique 11 0 0 Anomalies chromosomiques 6 0 0 Multiple 1 0 0 Autres troubles liés à la grossesse et non spécifiés ailleurs 17 0 1 Total 70 0 4 Lieu Exposition maternelle 53 Cas potentiels, 70 Événementsa Exposition paternelle, Aucun cas potentiel Exposition des deux parents, 3 Cas potentiels, 4 Événements Système nerveux 5 0 0 Oeil, oreille, visage et cou 8 0 0 Système digestif 3 0 0 Système circulatoire 8 0 1 Urinaire, organes génitaux 11 0 2 Système musculo-squelettique 11 0 0 Anomalies chromosomiques 6 0 0 Multi a 1 0 0 Autres troubles liés à la grossesse et non spécifiés ailleurs b 17 0 1 Total 70 0 4 aLes cas peuvent comporter plus d’un événement. Seize autres événements liés à la grossesse tels que restriction de croissance fœtale, hyperbilirubinémie néonatale, hypoglycémie, ictère néonatal, polycythémie, prématurité, une pneumonie congénitale, des kystes congénitaux non précisés, des kystes dermoïdes, une hernie congénitale, une mort intra-utérine, un avortement provoqué, un avortement imminent et une fossette cutanée sacrée ont été rapportés en association avec ces malformations.

DISCUSSION

[22] En outre, notre analyse n’a pas le pouvoir de détecter des résultats anormaux qui se produisent à des taux de base relativement bas ou des anomalies rares, et les questions de développement social ou fonctionnel à long terme ne peuvent être surveillées. À notre connaissance, la nôtre est la plus grande source d’information actuellement disponible pour étudier l’utilisation de la méfloquine. La plupart des expositions documentées ici sont survenues dans la periconception. et les périodes du premier trimestre, un moment critique pour le fœtus, car l’exposition au premier trimestre est généralement associée à une augmentation du taux de malformations [18] La méfloquine traverse la barrière placentaire et sa demi-vie est longue. 2 à 4 semaines, avec une moyenne de 3 semaines. Parce qu’aucune approche unique ne peut délimiter l’éventail complet des résultats associés à Nous avons examiné toute la documentation disponible sur l’utilisation de la chimioprophylaxie à la méfloquine durant la grossesse en utilisant les termes de recherche «méfloquine», «prophylaxie» et «grossesse». Notre évaluation actuelle appuie les résultats d’une évaluation des données postcommercialisation antérieure. la date de clôture des données était le 10 septembre 1996 et aucune augmentation des malformations congénitales chez 1526 femmes exposées à la méfloquine 4% par rapport au taux de référence attendu [23] D’autres études incluent des études précoces sur la méfloquine, qui ne fournissent que des preuves faibles. extrapolés à l’homme Des effets tératogènes et embryotoxiques de la méfloquine ont été observés chez ces animaux après administration de doses supérieures à 100 mg / kg. En comparaison, la dose de chimioprophylaxie par la méfloquine pour les femmes est de 5 mg / kg une fois par semaine. « avortement spontané » ou « mortinatalité » chez les mères exposées à la méfloquine est important Dans les 2246 Dans ce cas, 112 avortements spontanés ont été signalés, 5% et 3 mortinaissances. Ceci est comparable aux taux de référence dans la population générale, où 1 sur 7 16% des grossesses provoquent un avortement spontané et 1 sur 200 entraîne une mortinatalité [16]. Le Danemark a montré que le risque d’avortement spontané chez les femmes âgées de 20 à 24 ans était de 89%, atteignant 747% chez les femmes âgées de 45 ans et plus [24]. L’âge moyen des femmes était de 29 ans. -52 ans; Nous examinons également la littérature sur l’utilisation de la méfloquine chez les femmes enceintes [25] Bien que la portée de cet article se limite à la prophylaxie par la méfloquine chez les voyageurs non immunisés, 3 études importantes sur la prophylaxie à la méfloquine chez les femmes enceintes semi-immunisées méritent d’être mentionnées. La première étude portait sur 339 femmes enceintes semi-immunisées thaïlandaises âgées de 20 semaines et la prophylaxie à la méfloquine était bien tolérée [26]. Aucun effet indésirable significatif n’a été observé sur la mère, le déroulement de la grossesse, la survie ou le développement du nourrisson. Les auteurs ont conclu que la méfloquine était sûre et efficace pour la prophylaxie antipaludéenne pendant la seconde moitié de la grossesse [26]. La deuxième étude [27] , 28] dans la chimioprophylaxie du paludisme et le traitement des femmes semi-immunes dans le district de Mangochi au Malawi L’étude n’a montré aucune différence significative dans la fréquence de avortements ou mortinaissances chez les femmes recevant de la chloroquine n = 3077 ou méfloquine n = 1032 prophylaxie au cours des deuxième et troisième trimestresUne troisième étude étudiant la pharmacocinétique de la prophylaxie à la méfloquine chez 20 femmes semi-immunisées au troisième trimestre de la grossesse n’a révélé aucune anomalie chez les descendants Jusqu’à 29 ans [29] Cette étude a montré une augmentation de la clairance de la méfloquine en fin de grossesse, avec des implications pour une augmentation de la chimioprophylaxie au troisième trimestreToutes les autres études ont porté sur les femmes non immunisées utilisant la méfloquine pendant leur voyage. ], 331 femmes exposées à la méfloquine ont été comparées à 153 femmes exposées à la sulfadoxine-pyriméthamine Les anomalies fœtales étaient plus faibles dans le groupe méfloquine 48% que dans le groupe sulfadoxine-pyriméthamine 78% Cependant, le groupe méfloquine présentait une proportion significativement plus élevée d’avortements spontanés 91 % vs 26%, bien que cela soit toujours dans le Population étudiée Des données supplémentaires sur l’utilisation de la chimioprophylaxie par la méfloquine chez des femmes enceintes non immunisées proviennent d’une série de 10 femmes exposées au cours du premier trimestre de grossesse [31] sans malformations. D’autres données sont publiées sur des femmes américaines qui ont utilisé par inadvertance de la méfloquine. prendre conscience de leur grossesse pendant les opérations militaires Ils ont eu un taux élevé d’avortements spontanés, qui ont été attribués aux facteurs de stress dans l’environnement de combat Dans 23 naissances vivantes, il n’y avait pas de malformations congénitales

CONCLUSIONS

En résumé, les données prospectives montrées ici suggèrent que la perte fœtale et la prévalence des malformations à la naissance 439% chez les mères exposées à la méfloquine étaient comparables aux niveaux de base dans la population générale Aucun motif spécifique de malformations n’a été identifié. la méfloquine pendant la grossesse ne constitue pas un motif d’avortement thérapeutique et fournit des conseils aux femmes et à leurs cliniciens concernant l’utilisation de la prophylaxie à la méfloquine pendant les périodes avant et après la périciconception et pendant la grossesse

Remarques

Remerciements

P S, W A B, P S, L R, V V D, M T S, M S B, H G R et M A ont participé à la conception, la conception et la planification de l’analyse et de l’évaluation des données; P S, M T S, M S B, H G R et M A ont participé à l’extraction et au nettoyage des données; P S, H G R et M A ont participé à la revue de la littérature; P S a rédigé la première version du manuscrit; et W A B, H G R et M A ont apporté une contribution importante aux versions ultérieures Tous les auteurs ont donné leur avis et ont révisé, revu et approuvé la version finale du manuscrit

Aide financière

Cette analyse de la base de données a été réalisée par le personnel et les consultants en sécurité pharmaceutique et réglementaire payés par F Hoffmann-La Roche en réponse aux besoins des autorités sanitaires et des praticiens de fournir des données de pharmacovigilance actualisées sur l’innocuité de la méfloquine pendant la grossesse

Conflits d’intérêts potentiels

PS a reçu des fonds de recherche, des honoraires pour des conférences et des honoraires de consultation de F Hoffmann-La Roche. Elle a également reçu des honoraires de GlaxoSmithKline et de Sigma-tau WAB, PS, LR, GVD, MTS, MSB, HGR et MA. de F Hoffmann-La Roche Tous les auteurs ont soumis le formulaire ICMJE pour la divulgation des conflits potentiels de conflits d’intérêts que les éditeurs considèrent pertinents pour le contenu du manuscrit ont été divulgués