Un groupe médical remet en question la vaccination d’un pharmacien

La décision de l’Australie-Occidentale d’autoriser les pharmaciens communautaires à se faire vacciner contre la grippe à l’échelle de l’État fait monter en flèche les chefs de police.

Le gouvernement WA a annoncé fin décembre qu’il avait amendé la législation sur les poisons des États pour permettre aux pharmaciens d’administrer le vaccin antigrippal sans ordonnance.

Le ministre de la Santé de l’Etat, Kim Hames, a déclaré que la décision rendrait les vaccinations plus largement disponibles pour les personnes à travers l’Etat et aiderait à soulager la pression sur le système actuel.

«Accroître l’accès à des services de vaccination de haute qualité et sûrs est une priorité de santé publique … en particulier lorsque nos taux de vaccination descendent en dessous de la moyenne nationale pour certains groupes d’âge adulte», a déclaré le Dr Hames. « Cette initiative vise à encourager un plus grand nombre de personnes à se faire vacciner et vise à compléter les services de vaccination existants. »

Cependant, le président de l’AMA WA, le Dr Michael Gannon, s’est montré très critique à l’égard de cette décision: « Est-ce ce que nous avons fait? Ce n’est pas professionnel. Ce n’est pas un progrès. C’est un recul. L’endroit le plus sûr pour se faire vacciner est dans un cabinet médical. « 

Le mouvement découle du succès du procès d’immunisation du Queensland et de la décision du Territoire du Nord de légiférer pour des vaccinations pharmaceutiques similaires à l’échelle de l’État.

Afin de fournir des vaccins dans WA, les pharmaciens devront suivre une formation accréditée. Le ministère de la Santé de l’Ontario affirme qu’il travaillera avec l’Université Curtin et les groupes de pharmaciens pour s’assurer que les pharmaciens sont bien formés et prêts à offrir ces services pour la saison grippale de 2015.