Fumez-vous des pesticides? Le Canada décide d’interdire les tests chimiques de la marijuana médicale

S’il y a une chose dont vous voulez être sûr quand vous fumez du cannabis à des fins médicinales, c’est que la plante que vous utilisez n’a pas été traitée avec des produits chimiques qui peuvent vous rendre encore plus malade. Bien que ce concept puisse sembler évident, Santé Canada a récemment admis ne pas connaître l’ampleur de l’utilisation des pesticides interdits dans l’industrie de la culture du cannabis médical.

Apparemment, l’organisme de réglementation a permis aux producteurs de se contrôler eux-mêmes en ce qui concerne l’utilisation de produits chimiques potentiellement dangereux, comme le myclobutanil.

Au cours d’une séance d’information avec le Globe and Mail, un haut fonctionnaire de Santé Canada a avoué que le ministère n’avait pas testé les cultivateurs de cannabis pour s’assurer qu’ils n’utilisaient pas le myclobutanil, qui est interdit et connu pour produire du cyanure d’hydrogène.

Le myclobutanil est souvent utilisé dans l’industrie du cannabis pour sauver les plantes qui ont été corrodées par la moisissure. Souvent vu comme «Eagle 20» ou «Nova 40» dans les rayons des magasins, le pesticide est approuvé pour utilisation sur certains fruits et légumes. En raison de sa nature toxique lorsqu’il est chauffé, il n’est pas approuvé pour une utilisation sur les plantes qui sont fumées. En Californie, il est considéré comme cancérigène, et d’autres États américains comme le Colorado et l’Oregon l’ont interdit.

Le haut fonctionnaire a déclaré: «Jusqu’à présent, nous n’avons pas demandé aux producteurs autorisés de tester des pesticides non autorisés, ni d’avoir testé tous les LP, et c’est parce que nous attendons de leurs sociétés qu’elles surveillent de manière proactive prendre les mesures appropriées pour s’assurer que les produits non autorisés ne sont pas utilisés. « 

Pouvez-vous imaginer les effets que cette attitude de laissez-faire aurait dans d’autres industries? Nous serions tous verts avec les radiations maintenant.

Un pesticide dangereux trouvé dans le cannabis

Compte tenu de l’admission récente de Santé Canada, il n’est pas surprenant qu’au cours des dernières semaines, trois des 38 entreprises de culture de marijuana sous licence fédérale aient dû se rappeler leurs produits en raison de la présence de myclobutanil.

Les clients aux prises avec le cancer et d’autres conditions qui conduisent à des systèmes immunitaires compromis ont été parmi ceux irrités par la découverte dangereuse.

En décembre, The Globe a révélé que la présence de myclobutanil était la véritable raison derrière le rappel du cannabis – quelque chose que les fabricants et Santé Canada avaient négligé de signaler au public lors de sa première annonce. Apparemment, un autre pesticide interdit a été trouvé dans les produits de Mettrum initialement, et il a incité l’enquête plus loin. Ce sont les tests subséquents qui ont révélé la présence de myclobutanil.

Peu de temps après, d’autres problèmes de pesticides ont commencé à apparaître. OrganiGram et Aurora Cannabis ont également annoncé leurs propres rappels – encore une fois à cause de myclobutanil. Aurora Cannabis a découvert la présence du produit chimique dangereux après avoir effectué des tests sur un envoi de produit reçu d’OrganiGram.

Même plusieurs juridictions aux États-Unis ont interdit l’utilisation de myclobutanil pour les cultures de cannabis. Et les États-Unis sont à la traîne par rapport à leurs homologues en matière de réglementation des pesticides, nous le savons tous à coup sûr.

Au moins une femme, Dawn Rae Downton, s’est présentée pour parler du mal que le cannabis lui a causé. Elle est l’une des nombreuses personnes à avoir signalé une réaction indésirable au cannabis d’OrganiGram.

« Je suis la preuve vivante qu’il y a eu des effets très négatifs. J’ai perdu huit mois de ma vie », a-t-elle dit. « Je suis la preuve que Santé Canada ne protège pas les patients de la marijuana médicale. »

Le Canada prendra-t-il des mesures suffisantes?

Dans le but d’apaiser le problème croissant des pesticides interdits utilisés par les cultivateurs de cannabis, Santé Canada a annoncé qu’ils se préparaient maintenant à commencer les tests aléatoires sur les producteurs autorisés. Des lettres seront envoyées à chacun des 38 cultivateurs de cannabis agréés, pour les informer du nouveau système qui sera en place.

Les tests aléatoires ne sont pas obligatoires, des tests chimiques réguliers. Les représentants du gouvernement affirment que bien que les producteurs soient tenus de tester la présence de moisissures, de bactéries et de métaux lourds, les tests de dépistage des pesticides seront toujours facultatifs. Lorsqu’on leur a demandé comment les patients pouvaient être sûrs que le cannabis qu’ils achètent était sûr, Santé Canada a déclaré qu’ils «croient que le système fonctionne».

Droite. C’est pourquoi le myclobutanil était littéralement juste trouvé dans le cannabis – parce que le système fonctionne.

Santé Canada a déclaré qu’il était peut-être disposé à envisager des tests réguliers et obligatoires à l’avenir, mais seulement «si d’autres problèmes persistent».

Rodger Voelker, le directeur du laboratoire d’OG Analytical en Oregon et l’homme qui a fait la découverte du myclobutanil dans le cannabis américain, affirme que les tests aléatoires ne suffisent pas à mettre un terme au problème.

Voekler explique que les cultures de cannabis peuvent valoir des centaines de milliers de dollars, et il vaut souvent la peine pour le cultivateur d’essayer de sauver la culture par tous les moyens possibles, même si cela implique l’utilisation de produits chimiques interdits. Il pense que laisser les compagnies de cannabis simplement se policer n’est pas une bonne idée.