La Guilde réfute les allégations de dérégulation

Le journal australien a publié une lettre de la Guilde réfutant un article qui prétend que le gouvernement envisage de déréglementer la pharmacie.

L’article du Week-end australien indiquait que le document de réflexion sur la révision de la rémunération des pharmaciens signalerait une «déréglementation du secteur pharmaceutique qui pourrait inciter les banques à revoir leur exposition de plus de 3 milliards de dollars au secteur, mettant en doute l’avenir des petits exploitants».

Le journal cite le spécialiste du secteur de la pharmacie Ferrier Hodgson, Luci Palaghia, qui affirme que les pratiques de prêt seront « revues » si le secteur est déréglementé.

L’histoire la cite en disant que les banques prêtent actuellement des pharmacies jusqu’à 75% de leur évaluation.

Mais une lettre du directeur exécutif de la Guilde, David Quilty, publiée mardi dans The Australian, déclare que la déréglementation de la pharmacie n’est pas à l’ordre du jour du gouvernement.

La lettre dit: « Le gouvernement fédéral n’envisage pas de déréglementer les pharmacies ( » Les pharmaciens face à la banque repenser « , 7/5). »

«Le premier ministre et son adjoint ont récemment réaffirmé l’engagement de la coalition à l’égard du modèle de propriété de la pharmacie. Le chef de l’opposition a fait de même lors d’une récente rencontre avec des dirigeants de pharmacies.

« La rémunération des pharmacies et les règles de localisation sont bloquées jusqu’à la mi-2020 et l’examen ne peut pas apporter de changements, seulement des recommandations limitées aux domaines de responsabilité du Commonwealth.

« Donc, il est sans fondement de prétendre que la déréglementation de la pharmacie est presque inévitable, ce qui entraîne les banques à revoir leurs pratiques de prêt. »

La lettre est signée « David Quilty, Guilde des pharmaciens d’Australie, Barton, ACT ».